---------------------------------------------------------------------------------------------------

Cinémathèque de Nice | David Lean & Pierre Etaix

La programmation du mois de décembre 2011 de la cinémathèque de Nice fait écho à deux coffrets dvd indispensables de deux "monstres" du cinéma et aujourd'hui disponible dans dans des conditions optimums !
Commençons par l'édition la plus récente avec le coffret David Lean aux éditions Carlotta renfermant 5 long métrages du réalisateur anglais réalisé entre 1944 et 1950.


5 chefs-d’œuvre sur une période de dix ans durant laquelle David Lean, avant les fresques épiques de la maturité (dont Lawrence d’Arabie et Le Docteur Jivago), devient le maître du cinéma classique anglais. Des comédies de ses débuts aux mélodrames passionnés, le cinéaste élabore un grand style, épris de perfection technique, au montage raffiné. Son tempérament romantique y mélange le lyrisme, la hantise des sentiments fragiles, abîmés, disparus, et la respiration des éléments, ciel, vent et pluie. Incontournable !

Seulement 2 films sur 5 du coffret seront diffusés à la cinémathèque de Nice mais l'institution se rattrape en nous proposant d'autres long métrages de la même période ainsi que les grands succès du metteur en scène (Lawrence d'Arabie, le Pont de la rivière Kwai, Docteur Jivago) :

HEUREUX MORTELS (1944)
1919-1939. Pendant vingt ans, la famille Gibbons réside au 17 Sycamore Road, Clapham, au sud de Londres. Sur fond des grands événements de la vie politique et sociale en Grande-Bretagne, la vie des Gibbons déroule ses joies et ses peines, ses mariages et ses deuils, ses cocasseries et ses nostalgies…
Sous l’autorité de l’auteur, David Lean transpose à l’écran une pièce de Noël Coward, son parrain de cinéma. Avec cette tranche de vie magnifiée par un Technicolor discret et raffiné, Lean dresse à la fois le portrait d’une maison, d’une famille et d’un pays. L’origine théâtrale du matériau stimule son inventivité de cinéaste, les caractères truculents du dramaturge se marient avec le lyrisme plus étouffé du réalisateur. Triomphe exemplaire de l’énergie britannique du moment, Heureux Mortels réunit déjà plusieurs visages familiers du cinéma de David Lean, dont Celia Johnson (Brève Rencontre) et le légendaire John Mills (Les Grandes Espérances, La Fille de Ryan).
> mardi 20 décembre à 14h00
> jeudi 22 décembre à 18h30


BRÈVE RENCONTRE (1945)
Sur un quai de gare, en banlieue de Londres, deux êtres, Alec et Laura, se rencontrent par hasard. Chacun est marié et heureux dans son quotidien bourgeois. D’une rencontre à l’autre, ils se revoient et tombent amoureux. Il leur faut alors affronter la tentation de l’adultère et les dangers du commérage. Ces brefs moments transformeront à jamais leurs existences jusqu’alors paisibles…
Dernière collaboration de David Lean avec le dramaturge Noël Coward, Brève Rencontre est l’une des œuvres centrales du cinéma britannique de l’après-guerre, dont il capture l’amertume, la monotonie du quotidien, la délicatesse d’émotion et le rêve d’évasion. Pour la première fois, le romantisme de Lean s’exprime en solo et, porté par les clairs-obscurs de la photographie de Robert Krasker (Le Troisième Homme) et la musique de Rachmaninov, métamorphose le fait divers en une chronique déchirante sur l’élan et la fragilité de la passion.
> jeudi 8 décembre à 20h00
> samedi 10 décembre à 16h00


L'ESPRIT S'AMUSE
(1945)
Romancier couronné de succès, Charles Condomine vient d’épouser en secondes noces la belle Ruth. Pour préparer son nouveau livre, il invite une voyante pour une séance de spiritisme qui a des conséquences imprévues. L’expérience réveille en effet le fantôme d’Elvira, la première épouse de Charles, qui décide de s’installer dans le manoir des nouveaux mariés...
Après Heureux Mortels, David Lean adapte à nouveau une pièce de Noël Coward. Cette fois, il s’agit d’une histoire excentrique et surnaturelle, qui mêle la comédie sophistiquée avec le goût de la période pour les fantaisies magiques. Équilibre d’ironie et de séduction formelle, L’Esprit s’amuse permet aussi à Lean de transcender le matériau d’origine par des idées visuelles originales et une splendide utilisation du Technicolor, d’où émerge le spectre vert d’Elvira !
> jeudi 8 décembre à 18h30
> samedi 10 décembre à 14h00

LES AMANTS PASSIONNÉS (1949)
Mariée au riche et bienveillant Howard Justin, Mary se souvient de son amour pour Steven Stratton. Elle avait d’abord fui la passion avant d’y céder. Des années plus tard, le couple Justin a retrouvé son harmonie, mais le destin fait se retrouver Mary et Steven...
Autour d’Ann Todd, sa troisième épouse, David Lean réunit Trevor Howard (Brève Rencontre) et Claude Rains, son acteur préféré (Casablanca, Les Enchaînés), pour un mélodrame original et flamboyant. Entre liberté baroque et tension parfois proche du thriller, Les Amants passionnés reprend les thèmes de l’adultère et de la passion abordés dans Brève Rencontre et leur donne une forme lyrique, exacerbée, magnifiée par les paysages romantiques et rendue énigmatique par l’imbrication complexe des flashbacks. Au fil des souvenirs de l’héroïne, Lean dresse le portrait subtil des sentiments en perpétuelle métamorphose, du désir et de la peur de la passion jusqu’au mensonge, à la violence et au sublime.

MADELEINE (1950)
En 1857, à Glasgow, contre les voeux de ses parents, qui la destinent à un mariage bourgeois et prometteur, Madeleine Smith noue une relation secrète et passionnée avec Émile L’Angelier. Lorsqu’elle décide de mettre un terme à cette liaison, celui-ci se rebelle. Peu après, Madeleine est accusée de l’avoir empoisonné...
Épouse et muse de David Lean, l’actrice Ann Todd (Les Amants passionnés, Le Mur du son) était fascinée par la figure de Madeleine Smith. Pour elle, le cinéaste élabore un complexe portrait de femme, entre mélodrame et film judiciaire. Par une construction elliptique et la trame raffinée des métaphores du montage, Lean livre l’une de ses œuvres les plus sensuelles, troublante exploration des interdits et de l’érotisme victoriens.

Comme à l'accoutumée, Carlotta a gorgé ce coffret de bonus succincts mais passionnants

Préfaces de Pierre Berthomieu pour tous les films
« Il était une fois Brève rencontre » : souvenirs du tournage (24’)
« Directed by David Lean » : portrait de David Lean par Pierre Berthomieu (32’)
Bande-annonces et galerie photos pour tous les films

Les autres films de l'hommage (20 ans déjà que le cinéaste nous a quitté) à David Lean sont :

LES GRANDES ESPÉRANCES (1946)
CEUX QUI SERVENT EN MER (1942), co-réalisé par Noel Coward
OLIVER TWIST (1948)
CHAUSSURE À SON PIED (1954)
LE PONT DE LA RIVIÈRE KWAÏ (1957)
LAWRENCE D’ARABIE (1962)
LE DOCTEUR JIVAGO (1965)
LA FILLE DE RYAN (1969)
LA ROUTE DES INDES (1984)

A noter que le film Summertime (1955) est disponible en dvd depuis cet été dans une magnifique édition collector toujours chez Carlotta.

Passons maintenant à l'autre moment fort du mois avec la rétrospective Pierre Etaix. En novembre 2010, un coffret intégral de l’œuvre de Pierre Etaix voyait le jour après des années de bataille judiciaire et d'imbroglio juridique.

S'il fallait résumer la vie et l’œuvre de Pierre Etaix, celui de Clown vient très vite à l'esprit. Son travail au cirque, au music-hall, au cinéma ses écrits et son œuvre picturale témoignent qu'il est le digne héritier d'une longue tradition clowesque qu'il a su prolonger jusque dans ses films, comme ses prédécesseurs, de Charlie Caplin à Buster Keaton, l'avaient fait en leur temps. Dessinateur, gagman, musicien, metteur en scène, décorateur de théâtre, mime, cinéaste, homme de télévision, poète, Étaix démarre sur les planches qu’il ne quittera jamais. Mais fasciné par le grand écran, il se lance, au début des années 1960, avec son ami Jean-Claude Carrière, dans la réalisation. C’est le début de 10 ans de collaboration qui donnent naissance à 5 longs métrages et 3 courts qui parcoureront le monde jusqu’au moment où, conséquences d’imbroglios juridiques, les films ne pourront plus être visibles pendant près de 20 ans.

LE SOUPIRANT (1962)
Un jeune homme timide doit se marier très rapidement pour hériter d'une fortune…
> jeudi 22 décembre à 14h00
> vendredi 23 décembre à 18h00
Le film sera précédé du court-métrage : Rupture, 1961, 11mn

YOYO (1964)
Au milieu de toutes ses richesses, un milliardaire s'ennuie, rêvant devant la photo d'une femme. Passe un cirque où il reconnaît dans l'écuyère la femme de la photo, qui a un enfant qui lui ressemble…
> mardi 6 décembre à 20h00
> dimanche 11 décembre à 15h00
Le film sera précédé du court-métrage : Heureux Ann

TANT QU’ON A LA SANTÉ (1966)
Les mésaventures de Pierre, jeune homme sérieux et calme, dans le monde moderne…
> mardi 13 décembre à 20h30
> vendredi 16 décembre à 16h00

LE GRAND AMOUR (1969)
Marié avec Florence et directeur de l'usine de son beau-père, Pierre mène une vie rangée et doucement heureuse. Mais une nouvelle secrétaire arrive et Pierre en tombe amoureux…
> mercredi 7 décembre à 14h00
> vendredi 9 décembre à 20h00
Le film sera précédé du court-métrage : En pleine forme, 1971, 12mn

PAYS DE COCAGNE (1969)
Des Français en vacances, suivis par la caméra de Pierre Étaix, vivent et livrent leurs opinions sur des sujets divers : l'Homme sur la Lune, la publicité, l'érotisme, le mariage…
> mercredi 28 décembre à 18h00

En bonus, on retrouve les suppléments suivants :

PIERRE ETAIX, NATURELLEMENT - 2010 - 30' - d'Odile Etaix
Tout a un lien chez Pierre Etaix : le dessin, le cirque, le cinéma... Un regard sur l'artiste, les éléments détenteurs de son comique, de la scène du music-hall au cinéma, en passant par la piste.

L'ILE AUX FLEURS - 1989 - 12' - de Jorge Furtago
Un film culte et rare choisi par Pierre Etaix.

LE CAUCHEMAR DE MELIES - 1988 - 4' - bde Pierre Etaix
Un film vidéo réalisé dans le cadre d'une hommage à Méliès.


La cinémathèque propose également le dernier long métrage de Pierre Etaix et non disponible sur support numérique :

L’ÂGE DE MONSIEUR EST AVANCÉ
(1987)
Un auteur interroge son actrice et le régisseur du théâtre sur la pièce qu'il écrit et qu'il répète. Entre les trois personnages se joue peu à peu une autre pièce…
> mercredi 4 janvier à 14h00
> vendredi 6 janvier à 18h15

A côté de cela, quelques reprises (Red, True Grit,...) films d'animations (le château des singes, Une vie de chats) pour les fêtes et d'autres classiques (les lumières de la ville, Bessie à Brodway), bref un mois chargé et pour tout savoir sur le programme, on vous invite à vous rendre sur le site de la cinémathèque de nice, ici

Coffret David Lean : 40 euro
Coffret Pierre Etaix : 50 euro (+ livres de 112 pages)

A commander en envoyant un mail à theendstore@gmail(POINT)com

source : Arte, Carlotta, Cinémathèque de Nice

1 commentaire:

René Claude a dit…

Pierre Etaix... Souvenirs éblouis du ciné-club de mon collège (lycée français) au début des 70's animé par un prof aux goûts sûrs.