---------------------------------------------------------------------------------------------------

Festival de printemps, Chinoises



Ce week end, le Mercury accueille la troisième édition du Festival de Printemps consacré cette année aux (femmes) Chinoises. Au menu de cette manifestation : 3 films et une conférence pour faire le tour de la question.

Vendredi 4 juin à 20h30

> LA DIVINE (Shen nu)
de WU Yonggang (Chine, 1934, 1h25, muet s-t français).

Grand classique et véritable chef d’œuvre du cinéma chinois, LA DIVINE est aussi le sommet de la trop courte et hélas tragique carrière de la Garbo chinoise, l’inoubliable et mythique RUAN LINGYU qui se suicidera l’année suivante, à 25 ans, le jour international de la femme.

Film emblématique, présenté en version restaurée

Samedi 5 juin à 20h30

> LE SORGHO ROUGE (Hong gao liang)
de ZHANG Yimou (Chine, 1987, 1h30, vostf)

Premier film réalisé par celui qui allait devenir le cinéaste chinois le plus connu dans le monde, LE SORGHO ROUGE marque aussi les débuts de la toute jeune et somptueuse actrice GONG Li.
L’histoire d’un amour-passion dans une Chine encore marquée par la féodalité et bientôt envahie par les forces japonaises.
Une œuvre à l’esthétique fascinante qui annonçait les futurs triomphes du couple Zhang Yimou-Gong Li (Epouse et concubines, Ju Dou, Qiu Ju, Vivre !, Shanghai Triad).
Le film révéla aussi Jiang Wen, rapidement devenu le plus grand et le plus populaire acteur de Chine, puis grand cinéaste (Les Démons à ma porte, Le Soleil se lève aussi).

Dimanche 6 juin à 20h30

> LE PRINTEMPS DANS UNE PETITE VILLE
de TIAN Zhuangzhuang (Chine, 2002, 1h55, vostf

Remake de ce qui reste peut-être le plus grand film chinois (Printemps dans une petite ville, Fei Mu, 1948), cette version réalisée par l’auteur du Cerf-volant bleu (1993) est un régal de finesse, d’intelligence et d’élégance.
Histoire d’amour contrarié par la fidélité et le poids du Confucianisme.



Retrouvez plus de détails sur la programmation et les activités du ciné club à l'origine de la manifestation sur leur site, Cinéma Sans Frontières